Retour à Examens

Certificat de formation générale (CFG)

Le certificat de formation générale (C.F.G.) valide des acquis dans des domaines de connaissances générales, notamment pour les élèves des enseignements généraux et professionnels adaptés et de troisième d’insertion.

Qui peut se présenter au certificat de formation générale ?

les élèves dans leur dernière année de scolarité obligatoire
les adultes

Sont plus particulièrement concernés :

les élèves de troisième d’insertion et de troisième des enseignements généraux et professionnels adaptés (SEGPA de collège et EREA)
les jeunes ou adultes ayant suivi une action de formation en alternance dans un dispositif d’insertion sociale et professionnelle ou une formation continue

Les candidats obtiennent le certificat de formation générale si leurs connaissances et compétences sont évaluées à un niveau satisfaisant, traduit par un total de points. Pour tous les candidats, le total de points requis pour l’obtention du diplôme doit être au moins égal à 200.

♦ Pour les candidats scolaires

Les points sont obtenus selon :

le niveau de maîtrise de leurs acquis scolaires évalué par rapport à l’échelle de référence du cycle 3; le décompte des points s’effectue ainsi pour chacune des quatre composantes du domaine 1 « les langages pour penser et communiquer » et pour chacun des autres domaines de formation du socle commun de connaissances, de compétences et de culture établi conformément à l’article D. 122-3 du code de l’éducation :

10 points si le candidat obtient le niveau 1 « Maîtrise insuffisante » ;
20 points s’il obtient le niveau 2 « Maîtrise fragile » ;
25 points s’il obtient le niveau 3 « Maîtrise satisfaisante » ;
30 points s’il obtient le niveau 4 « Très bonne maîtrise ».
et une épreuve orale, commune à tous les candidats, notée sur 160 points.

L’évaluation de leurs acquis est établie au cours de leur formation par leurs enseignants : le niveau de maîtrise attendu pour chacune des composantes du premier domaine et pour chacun des quatre autres domaines du socle commun de connaissances, de compétences et de culture doit être au moins égal à l’échelon « maîtrise satisfaisante » de l’échelle de référence du cycle 3.

Ces candidats ayant suivi une scolarité de cycle 4, leurs acquis scolaires référencés aux attendus de fin de cycle 4 sont également mentionnés via leur livret scolaire unique. Ils sont pris en compte pour l’attribution du diplôme.

♦Pour les candidats individuels

Le décompte des points provient des résultats obtenus à trois épreuves obligatoires :

une épreuve écrite de français, notée sur 120 points,
une épreuve écrite de mathématiques, notée sur 120 points,
une épreuve orale, commune à tous les candidats, notée sur 160 points.

L’épreuve écrite de français d’une heure permet d’évaluer les connaissances et compétences qui sont sollicitées comme outils de pensée, de communication, d’expression et de travail. Elle est fondée sur un texte d’une vingtaine de lignes dactylographiées, traitant, dans une langue accessible, d’un problème concret. Cette épreuve comporte un exercice permettant d’apprécier si le candidat est capable de lire et de comprendre le texte proposé. Celui-ci sert également de point de départ à un court exercice d’expression.

L’épreuve écrite de mathématiques d’une heure permet d’évaluer les compétences travaillées en mathématiques : chercher, modéliser, représenter, calculer, raisonner et communiquer. Elle est constituée d’exercices à partir de documents ou situations en rapport avec la vie pratique.

♦ L’épreuve orale, commune à tous les candidats

Les conditions de l’épreuve orale sont les mêmes pour les candidats scolaires et les candidats individuels. Elle dure 20 minutes et repose sur un entretien avec le jury de cette épreuve.

Cette épreuve orale permet d’évaluer, chez le candidat, « les aptitudes à la communication orale, aux relations sociales ainsi que la capacité à exposer son expérience personnelle et à se situer dans son environnement social ou professionnel » – autrement dit, sa maîtrise de l’expression orale, sa capacité à entrer dans le dialogue, à retracer son expérience, à argumenter et justifier le projet choisi.

Pour passer l’épreuve orale, les candidats peuvent prendre appui sur un dossier. Ce dossier est élaboré à partir de l’un des parcours éducatifs suivis par le candidat ou de son expérience professionnelle ou du stage de formation ou de centres d’intérêt personnel. Il comporte entre 5 et 10 pages. Il est de préférence rédigé en utilisant les technologies de l’information et de la communication. Pour les candidats « individuels », le dossier doit être remis à l’autorité académique en vue de sa transmission au jury à une date fixée par celle-ci.